L’autorisation de voyage dénommée ESTA a été créée pour faciliter l’entrée aux USA à certains citoyens. En effet, elle simplifie considérablement les procédures administratives liées au voyage. Les personnes éligibles pour voyager aux USA avec l’ESTA sont ceux ressortissants des pays bénéficiaires du programme d’exemption de visa. Encore appelée ESTA États-Unis ou Visa Waiver program, le programme a été instauré pour renforcer la sécurité intérieure et frontalière américaine. C’est un programme qui a été conçu par le gouvernement américain. Quant à sa gestion, elle est assurée par le département de la Sécurité intérieure des USA.

Que signifie l’approbation d’une autorisation de voyage ?

Une approbation de l’autorisation de voyage signifie que le sujet est autorisé à effectuer un voyage aux États-Unis sans le visa. Ce n’est qu’une formalité qui confirme que le demandeur bénéficie du programme d’exemption de visa. En revanche, ce n’est pas une garantie que l’on peut être accepté sur le territoire américain. Même si le voyageur atterrit dans le pays, les agents des douanes feront des inspections pour vérifier l’admissibilité du voyageur.

L’autorisation ESTA est valide pour deux ans dès sa délivrance. En cas d’expiration prématurée du passeport, l’ESTA USA perd automatiquement sa validité par le même temps. Il est possible de lire la date d’expiration de l’autorisation sur l’écran d’autorisation approuvée. Durant sa période de validité, l’ESTA peut servir à effectuer plusieurs voyages sur le sol américain. Si elle n’est pas révoquée ou expirée, elle pourra être utilisée pour tous les voyages de courts séjours.

Toutefois, les personnes qui se font surprendre par l’expiration du passeport aux USA n’ont pas à s’inquiéter. Ils peuvent préparer leur retour dans leur pays sans crainte. D’ailleurs, il est conseillé de garder sur soi une copie imprimée de l’ESTA pour prouver sa légitimité sur le territoire. Elle n’est pas trop d’utilité, mais on ne sait jamais à quoi s’attendre quand on se trouve loin de chez soi.

En outre, même si la validité de l’ESTA est de deux ans, cela ne signifie pas que l’on peut rester aux États-Unis pendant les 24 mois. En réalité, la durée maximum dont dispose le détenteur avec son autorisation est de 90 jours maximum. C’est-à-dire que l’ESTA ne peut pas être obtenue pour les séjours de plus de 3 mois. Si l’on souhaite rester dans le pays pour plus de 90 jours, le mieux est de demander un visa. Les demandes de visa sont déposées dans les consulats et les ambassades les plus proches.

De plus, tout changement lié au passeport, aux noms et prénoms du voyageur, à sa nationalité et à son état civil l’oblige à faire une nouvelle demande d’autorisation. Cela signifie qu’il doit reprendre le processus depuis le début et payer à nouveau les frais. En général, la réponse sort quelques minutes après la soumission du formulaire, mais il peut arriver qu’elle dure jusqu’à 72 h.

La durée de validité d’une autorisation de voyage

L’ESTA est valable pour deux ans comme cela a été dit plus tôt. La validité peut ne pas atteindre deux ans et prendre fin dès l’expiration du passeport. Il est important de vérifier constamment la durée de validité de son autorisation sur l’écran “autorisation approuvée”. Ainsi, on peut entreprendre ses nombreux petits voyages sans être surpris par le temps.

Néanmoins, il est important de clarifier qu’une nouvelle ESTA pour les Etats-Unis n’est pas nécessaire à chaque nouveau voyage. Tant que le voyage est effectué pendant la période de validité, alors il n’y a plus à refaire une demande. De même, il n’y a aucune crainte liée à une quelconque pression à avoir si l’autorisation de séjour expire en terre américaine. Le séjour ainsi que le retour se passeront sans le moindre protocole. Le seul bémol, c’est qu’on risque une restriction pouvant durer plusieurs années. Dans ce cas, il sera préférable de faire votre demande de visa.

Pour rappel, l’impression de son ESTA peut s’avérer très utile dans certaines circonstances. Il est alors conseillé de l’avoir dans ses dossiers de voyage.

Cependant, il est possible que le voyageur reçoive une réponse défavorable à sa demande. Il faut quand même noter qu’une réponse d’autorisation en attente n’est pas synonyme de refus. Cela veut dire que la demande n’a pas encore eu l’attention des autorités américaines. Il est recommandé de patienter pendant 72 h. Le délai de 72 h permet de prendre le temps nécessaire pour traiter la demande.

Pour ceux qui recevront une réponse de non-autorisation, rien n’est perdu. En réalité, cette réponse stipule simplement qu’on n’est pas éligible pour recevoir l’ESTA. Par contre, le voyageur peut enclencher le processus d’obtention d’un visa valide, pour effectuer son voyage aux USA

Comment fonctionne l’ESTA ?

Le formulaire ESTA peut être rempli par toute personne désireuse d’obtenir l’autorisation. Les personnes concernées sont exclusivement les ressortissants d’un des pays membres du programme d’exemption de visa. Elle est accordée sans aucune discrimination pour tous les voyages par voie maritime ou aérienne.

Le rôle fondamental que joue l’ESTA est qu’elle autorise le voyageur à se rendre dans le pays par la voie qui lui convient. Une fois sur place, un passage aux services des douanes est obligatoire. Là, un agent des douanes se chargera de vérifier l’autorisation et de poser quelques questions. Si tous les documents sont en règle et que les réponses fournies rassurent l’agent, il décidera d’accorder l’entrée dans le pays.

Quel rapport existe-t-il entre l’ESTA et le visa ?

Les gens qualifient l’ESTA à tort de visa USA, pourtant elle est une autorisation autonome. Son rôle est de permettre aux individus de voyager aux États-Unis sans le visa. Du coup, elle ne peut pas être qualifiée en tant que telle. De plus, en cas de refus à l’obtention de l’ESTA, c’est le visa qui est utilisé pour effectuer le voyage. Par là, on peut prétendre que les deux se complètent, mais ne se ressemblent pas.

Les situations où il est recommandé d’effectuer une demande de visa plutôt que l’ESTA sont de diverses sortes. Par exemple, les personnes qui s’envolent pour les USA pour un long séjour ont besoin d’un visa. Il en est de même pour les anciens détenus. Son rôle est de permettre aux individus de partir en voyage aux États-Unis sans le visa.

En outre, les voyageurs qui ont précédemment dépassé la date limite de l’autorisation sont obligés de faire une demande de visa. L’ESTA Visa ne sera pas aussi disponible pour ceux qui ont commis un crime lors de leur précédent voyage. De même, ignorer une convocation à comparaître compromet la future obtention d’une autorisation.

Par ailleurs, aucune alternative ne s’ouvre aux voyageurs qui désirent prolonger leur séjour. En effet, il n’y a pas de possibilité de demande d’extension et aucun changement de statut n’est possible. L’unique solution qui s’offre, c’est d’abord de quitter le territoire américain. Puis, il suffit de présenter une demande de visa dans un consulat ou une ambassade des États-Unis la plus proche.

Généralement, les personnes qui se retrouvent face à la situation font un tour dans certains pays comme le Mexique, les Bermudes ou le Canada. Là-bas, ils font une demande de visa avant de revenir aux États-Unis. Ainsi, ils ont la possibilité d’obtenir 90 jours supplémentaires pour leur séjour. Cependant, il y a le risque de se faire débouter. En effet, les officiers d’immigration sont vigilants face à ce système. Ainsi, ils peuvent refuser à toute personne d’entrer sur le territoire américain.

En somme, il est certain que l’autorisation est indispensable pour entrer sur le territoire américain. Par contre, elle ne sera pas utile sans l’accord des agents des douanes et de contrôle des frontières.