Tout savoir sur l’utilisation des transports aériens pour votre séjour

Le secteur aérien a été pendant plusieurs décennies l’une des sphères ayant connu une ascension fulgurante. Cependant, il semble être depuis peu en perte de vitesse en raison de certains évènements tragiques survenus dans le secteur. La navigation aérienne présente dès lors un nouveau visage avec de nouvelles règlementations. Il est pour cela important pour les passagers d’être informés des nouvelles orientations des lignes aériennes. Cela implique d’une part les formalités nécessaires avant l’embarquement et d’autre part le voyage proprement dit. Découvrez plus de détails à travers cet article.

Le Contrôle systématique en entrée et sortie de l’espace Schengen, et les mesures sanitaires

L’espace aérien a été secoué par plusieurs évènements qui ne laissent pas présager un changement de situation de sitôt. L’un de ces évènements majeurs demeure l’attentat terroriste du 11 septembre. Ce dernier a occasionné des conséquences néfastes dans le secteur en particulier la chute de la croissance du trafic aérien.

En réponse à cette situation, plusieurs dispositions ont été mises en place par les autorités aériennes. Depuis 2017, un système de contrôle minutieux est appliqué à tous les passagers aériens ressortissants de l’espace Schengen. Cette résolution est parallèlement applicable aux voyageurs aériens de tous les autres continents.

Dans un premier temps, ces contrôles aériens regroupent une vérification de la validité des pièces de voyage du passager; le billet d’avion par exemple. Dans un second temps, il s’agit de recourir aux bases de données afin de s’assurer de l’éligibilité de ce dernier.

En plus de ces dispositions préalablement établies, un système électronique permettant l’automatisation des contrôles est également mis en place. Il s’agit du « sas PARAFE » pour assurer de réduire le nombre de passagers dans certains aéroports.

En outre, la pandémie qui sévit actuellement n’a pas épargné le transport aérien international. Les mesures sanitaires prises par les instances internationales pour la protection des passagers ont fragilisé le secteur. De même, les recommandations entrant le cadre du droit des passagers n’auront pas été toujours avantageuses pour les compagnies aériennes.

Ces recommandations prennent en compte le droit au remboursement des passagers en cas de vol annulé. Aussi pourrait-il avoir la possibilité de procéder à une demande d’indemnisation en cas de vol retardé. Ainsi, en cas d’annulation du vol ou de la non-conformité de l’heure de départ, le voyageur peut se faire rembourser ses frais.

Cette situation sanitaire a entraîné l’arrêt et la faillite de plusieurs transporteurs aériens. Les plus chanceux comme Air France essayent de sortir leurs épingles du jeu. Dans certains cas, des mesures de redressement sont en cours pour rétablir tous les vols. Il est alors conseillé aux futurs voyageurs de se renseigner sur les vols internationaux, auprès du ministère des Affaires étrangères et de la direction générale de l’aviation.

Par ailleurs, s’enquérir des nouvelles conditions de transport permet aux voyageurs d’obtenir une compensation financière lorsque leurs droits sont bafoués.

Quelles sont les formalités administratives ?

En raison des règlementations dans les différents pays, il est primordial de prendre les renseignements nécessaires sur les destinations déconseillées. Les voyageurs pourront se rendre auprès des autorités chargées des affaires étrangères et du développement international.

Après avoir défini sa destination finale, il est important de régulariser les formalités entrant dans le voyage et le séjour. Il s’agit généralement de s’assurer de la disponibilité du visa. Pour les passagers à destination des États-Unis, le programme d’exemption de visa « ESTA » est nécessaire. Cette condition s’applique aussi aux voyageurs qui doivent faire escale sur le territoire américain avant de prendre un autre vol pour leur destination initiale.

Il est conseillé de faire ces différentes demandes d’autorisations de voyage plusieurs semaines avant le jour de l’arrivée prévue. À cela s’ajoute la nécessité d’un passeport électronique ou biométrique en cours de validité vous permettant ainsi de voyager en toute quiétude.

Après ce processus, la formalité qui convient de suivre est la disponibilité d’une carte d’identité en cours de validité. En 2014, la validité de cette pièce a été prolongée sur 10 ans pour les citoyens français déjà majeurs. La particularité est que même les pièces déjà établies avant cette date et toujours valides bénéficieront de cette prorogation.

Toutefois, les personnes dans ce cas devront se munir du document attestant cette décision, avant de voyager pour l’étranger.

Dans le cas de voyage des mineurs, il faut notifier qu’ils ne sont pas concernés par cette décision de prorogation. Par contre, ces derniers doivent disposer d’une autorisation de sortie du territoire approuvée par l’autorité parentale. De plus, selon le règlement européen, une copie de la carte d’identité ou du passeport du parent signataire est nécessairement requise.

Ces pièces sont vivement préconisées pour les mineures afin de faciliter les contrôles policiers et de réduire les longues attentes. À présent, comment se présente la navigation aérienne dans le cas de certaines destinations ?

Le voyage à destination des États-Unis et ailleurs

Pour se rendre aux USA, les voyageurs devront subordonner le passeport biométrique à leur autorisation. Ces derniers doivent aussi disposer de leur billet aller-retour. En outre, avant de se rendre à l’aéroport de départ, il est important pour ces voyageurs d’obtenir leur autorisation de voyage électronique.

Le programme d’exemption de visa n’est cependant pas autorisé à tous les passagers internationaux. Les voyageurs de certains pays en particulier les ressortissants d’Iran ne sont pas éligibles pour ce programme. Il s’agit entre autres de : l’Irak, la Syrie, la Libye, le Yémen, la Somalie, etc. Ces passagers peuvent procéder à une demande de visa auprès des autorités compétentes en occurrence, les consulats.

Les mesures de sécurité entrant dans le cadre du transport aérien de passagers ont en effet été renforcées. L’idéal serait de se renseigner auprès de la « Transportation Security Administration », pour plus d’informations sur tous les vols. À noter que le voyage aux États-Unis pour les mineurs est obligatoirement subordonné d’un passeport en cours de validité.

Dans d’autres pays comme le Canada, le transport aérien nécessite une autorisation de voyage électronique appelée « AVE ». Cette autorisation, d’une validité de 5 ans, n’est délivrée que sur le site internet du gouvernement canadien. Pour cela, il est recommandé de disposer d’un passeport en cours de validité et d’une carte bancaire.

Pour les voyageurs se rendant à la Mecque, il serait bien de veiller à ce que sa compagnie soit agrégée. Cet agrément qui est généralement un numéro de licence devra nécessairement figurer sur les différents documents reçus pour le voyage. Les passagers n’étant pas conformes à ce règlement ne pourront bénéficier des garanties établies par le Code du tourisme.

Il faut par ailleurs rappeler que les autorités s’assurent du respect strict et de l’application de la législation.

Les bagages – Mesure de sûreté

Avant de partir en voyage, il est important de s’assurer de disposer des exemplaires des pièces à domicile. L’autre condition de transport important est de s’assurer que ses bagages répondent aux normes requises. C’est-à-dire que ces derniers doivent être conformes aux règles du fret aérien. Il est conseillé de s’informer sur le poids limite autorisé auprès des organismes aériens et soumis à la responsabilité du transporteur.

Les contenances liquides sont déconseillées dans le transport des bagages. Dans certains cas, il faudra respecter des mesures de sécurité avant que ce transport ne soit possible.

En raison de la situation sanitaire critique, le mieux serait de s’informer sur les mesures préconisées par les règlements européens. Pour les voyageurs sous traitement médical, il est souhaitable de prévoir dans ces conditions une ordonnance explicite du médecin. Les passagers diabétiques sont spécifiquement invités à prendre connaissance du guide mis en place par les autorités de l’aviation civile.

Dans le cas du transport des matériels électriques, il faut s’assurer que ces derniers ne sont pas nuisibles. Dans le cas échéant, il faudrait informer les autorités aériennes qui seront habiletés à gérer la situation.

Des mesures seront prises s’il faut retirer la batterie du matériel électrique. Cela prendra en compte premièrement le respect des instructions du fabricant. Ensuite, s’assurer de la protection des bornes de la batterie par l’utilisation de ruban adhésif. Enfin, il sera question de veiller à la protection de la batterie après l’avoir extraite.

Dans certains pays, l’entrée de plusieurs produits et équipage sont proscrits. Le cas par exemple des appareils photo, des postes à transistors, des magnétoscopes, etc. L’idéal serait de s’assurer d’être conforme aux formalités douanières requises afin de ne pas assister à un refus d’embarquement.