Les conditions liées à l’ESTA

Autrefois, voyager aux USA contraignait les touristes à présenter un passeport en cours de validité et un visa touristique traditionnel. Cependant, dans le cadre du programme d’exemption de visas, des modifications ont été apportées aux formalités exigées. Il n’en demeure pas moins que pour entrer sur le sol américain, les voyageurs doivent remplir toutes les conditions requises. Ainsi, tous les ressortissants étrangers des pays membres du traité doivent prendre connaissance de ces exigences, afin de ne pas se voir refuser l’ESTA.

Le motif du voyage influence la délivrance de l’ESTA

Lors de votre demande d’autorisation de voyage électronique, il faut remplir le formulaire pour informer les autorités américaines des motifs de votre voyage. Ainsi, à cause de ses caractéristiques, l’ESTA est valable dans certaines situations, et dans d’autres, il est moins indiqué. Les motifs qui concordent avec les conditions relatives à une demande d’obtention de l’ESTA USA sont les suivants :

  • Dans l’intention de passer ses vacances en Amérique ;
  • Pour une visite à sa famille ou à ses amis ;
  • Dans le cadre d’un voyage d’affaires pour rencontrer des clients ou des fournisseurs ;
  • Dans l’intention de recevoir des soins médicaux ;
  • Prendre part à des congrès, des négociations, des conférences, etc.

Par contre, les motifs suivants ne cadrent pas avec une procédure où l’ESTA est un visa nécessaire. Il s’agit donc de :

  • Un voyage qui a pour but de prendre fonction dans une entreprise américaine ;
  • Dans le cadre du suivi d’une formation en Amérique ;
  • Dans l’intention d’investir dans une entreprise américaine ou d’en créer une ;
  • Pour mener des activités ayant un lien avec le journalisme.

Toutefois, il faut notifier qu’il n’est pas interdit d’entrer sur le sol américain, avec l’ESTA pour y travailler. La seule condition est que le voyageur ne travaille pas pour une société américaine. Ainsi, lorsque l’employeur qui doit rémunérer le voyageur est installé en dehors des USA, l’ESTA peut être délivré à son employé. Dans ce cas, le voyage est considéré comme étant un « voyage d’affaires » et cadre avec les exigences du système électronique d’autorisation de voyage.

Les projets de voyage dans le processus de délivrance de l’ESTA

Outre les motifs de voyage, les projets de voyage sont aussi soumis à l’observation stricte de certaines conditions. Ainsi, il faut vérifier les formalités suivantes :

  • Pendant toute la durée du séjour en Amérique, le voyageur doit disposer d’un passeport biométrique valide ;
  • Le voyageur ne doit pas excéder la durée maximale octroyée par l’autorisation de séjour qui est de 90 jours ;
  • Au moment d’entrer sur le territoire américain dans le cadre d’un vol de transit, les formalités de sortie doivent avoir été remplies ;
  • Arrivés aux USA avec l’ESTA, les voyageurs ne peuvent plus faire une demande de visa, une prorogation de la durée, ou la demande d’un permis de séjour ;
  • L’autorisation de voyage électronique ne suffit pas lorsque vous voyagez avec un avion privé ou sur un navire que vous possédez ;
  • Le voyage avec l’ESTA pour le détenteur d’un passeport avec urgence n’est envisageable que lorsque ce passeport possède une puce numérique.

Le passé du voyageur est étudié dans le cadre de l’obtention de l’ESTA

La participation à l’ESTA est valable dans tous les pays ayant pris part à la signature de la convention du VWP (Visa Waiver Program). Ainsi, aussi bien les Français, les Belges, et les 37 autres nationalités qui possèdent un passeport électronique sont admissibles à ce programme. Cependant, il existe des conditions qui excluent ces nationalités à bénéficier de l’ESTA ; il s’agit de :

  • Lorsque ce dernier s’est rendu dans l’un des pays ci-après après 2011 même pour un séjour touristique, ou qu’il ait eu l’une de ces nationalités. Les pays sont : Irak, Syrie, Soudan, Iran, Somalie, Libye, Corée du Nord, et le Yémen ;
  • Le voyageur qui montre des signes d’une maladie transmissible ou des troubles mentaux et qui serait une menace pour son milieu immédiat ;
  • Lorsqu’il a été jugé coupable d’un crime qui a causé dommages ou blessures graves à autrui, le voyageur se voit refuser l’ESTA par le gouvernement américain ;
  • Les voyageurs ayant transgressé une loi condamnant l’utilisation, la distribution et la détention de stupéfiants ;
  • Les voyageurs qui par le passé n’ont pas respecté les conditions d’obtention de l’ESTA USA ou du visa traditionnel.

Les déclarations d’accord doivent remplir aussi certaines conditions

Grâce au formulaire qu’ils ont eu à remplir pour bénéficier d’un visa auprès des autorités américaines, les voyageurs déclarent ce qui suit :

L’enregistrement de certaines données personnelles

Ils donnent leur consentement pour que l’US Customs and Border protection (service américain des douanes et de la protection des frontières) enregistre certaines données. Il s’agit entre autres des données biométriques comme les empreintes digitales. Ce processus est enclenché dès lors que ce dernier est arrivé, même dans le cadre d’un visa de court séjour.

Un témoignage de son bon état de santé

En effet, le voyageur doit certifier à l’aide de pièces justificatives qui ne constitue pas une menace sanitaire pour le pays d’accueil. Il en est de même pour l’ordre public et le respect des lois du pays.

Reconnaitre que posséder l’ESTA USA ne garantit pas de passer son séjour

Bien que l’ESTA donne l’accès au séjour aux USA, il ne devrait pas être considéré comme une garantie absolue. En réalité, il est possible que le service de l’immigration qualifie un voyageur muni d’un ESTA, de personne à risque. À ce titre, l’entrée dans le pays de l’oncle Sam peut ne pas lui être accordée.

Reconnaitre n’avoir pas pris part à des actes de terrorisme

Depuis la période d’insécurité qu’ont connue les États-Unis en 2011, sa politique sécuritaire s’est endurcie. Ainsi, l’objectif principal est d’assurer la sécurité intérieure et celle de chacun des Américains. Pour y arriver, les autorités compétentes à travers le ministère des Affaires étrangères font prendre l’engagement aux touristes de n’avoir pas participé à un acte d’espionnage ou de terrorisme.

Les dérogations aux conditions autrefois exigées

Pour ceux qui veulent voyager aux États-Unis avec un passeport américain ou canadien dont la durée de validité est favorable, les conditions susmentionnées ne s’appliquent pas. Il en est de même pour les détenteurs d’un permis de séjour américain. Aussi, les voyageurs qui n’empruntent pas le trafic maritime ou aérien pour se rendre aux USA, mais plutôt la voie terrestre n’ont pas besoin de l’ESTA.

Cependant, posséder l’autorisation de voyage électronique permet de passer rapidement les frontières terrestres de l’Amérique. Par ailleurs, pendant leur séjour, les touristes doivent se conformer à toutes les exigences énumérées plus haut s’ils désirent passer de bonnes vacances. Aussi, lorsqu’un voyageur ne possède pas le passeport d’un des pays ayant pris part au programme d’exemption de visa, il ne peut jouir de l’ESTA.

Ceci est aussi valable pour celui qui possède le permis de séjour de l’un de ces pays, il ne remplit pas les conditions d’octroi de l’ESTA USA. La seule condition qui lui garantit de se rendre aux États-Unis, c’est de faire la demande d’un visa traditionnel qui malheureusement prend plus de temps. De plus, il ne suffit pas de remplir quelques-unes ou la majorité des conditions citées plus haut, pour espérer avoir l’ESTA.

D’ailleurs, il ne vous sera pas possible de remplir le formulaire sur le site de l’ESTA, et de prendre votre billet d’avion pour l’Amérique. Il est donc judicieux, voire impératif, de veiller au respect strict des conditions énumérées dans cet article pour n’avoir pas à recourir à une procédure plus longue et plus coûteuse.