Zoom sur le VWP

Le Visa Waver Program (VWP), ou programme d’exemption de Visa, a été mis en place par le gouvernement américain pour permettre aux citoyens de quelques pays membres de voyager aux USA, pour des fins touristiques ou professionnelles.

Il s’agit d’une dispense du Visa traditionnel qui augmente la possibilité pour les voyageurs internationaux de se rendre aux États-Unis, tout en renforçant la sécurité nationale du pays grâce à un système électronique de renseignement.

Ce système électronique pour l’autorisation de voyager, ou ESTA, est une autorisation accordée pour entrer au territoire américain, destinée aux touristes, voyageurs professionnels ou aux personnes qui transitent par les USA.

Plusieurs pays signataires sont autorisés et éligibles à l’ESTA, dont la France fait partie. L’approbation via ce système électronique facilite la présélection des voyageurs et permet l’accès aux USA pour un maximum de 90 jours.

Pour les personnes admissibles aux programmes, l’ESTA présente une meilleure option et une alternative qui facilite les formalités d’entrée et épargne le voyageur les frais supplémentaires relatives aux demandes de Visa auprès des consulats américains.

Actuellement, le programme d’exemption de Visa permet aux citoyens de 38 pays membres de visiter les USA sans Visa.

Pour affaires, transits, escales ou en tant que touristes, vous pouvez entrer aux USA jusqu’à 90 jours consécutifs, et ce en remplissant un formulaire en ligne.

La demande d’ESTA s’effectue exclusivement via internet et permet d’avoir une réponse quasi immédiate ou dans les 36 heures qui suivent le dépôt de la demande.

Cette forme numérique d’autorisation contribue significativement à filtrer les flux de voyageurs, renforcer la sécurité surtout après les attentats du 11 septembre et faciliter le travail des officiers d’immigration et des agents des douanes.

 

Qu’est que la loi JOLT ?

Les tentatives de réforme touchent constamment les programmes mis en place par le gouvernement américain, y compris ceux qui concernent l’immigration.

En constance évolution, les lois sur l’immigration et les systèmes comme l’ESTA et le Visa Waver Program ne cessent de s’améliorer.

Dans ce sens, le JOLT, ou Jobs Originating through Launching Travel, est une loi présentée par deux représentants du Congrès et qui vise à améliorer le programme d’exemption de Visa à travers un renforcement de la sécurité, une reformulation des lois sur les visa et un encouragement du tourisme et de la création d’emploi.

A priori, l’ensemble des réformes relatives à l’immigration resteront intactes avec l’ajout de ces nouvelles dispositions. Mais l’application du JOLT augmentera le nombre de visiteurs aux USA.

Les chiffres indiquent une accentuation de 600 000 de voyageurs aux USA, ce qui favorise un ajout de plus de 7 milliards de dollars à l’économie américaine ainsi que la création de 40 000 emplois.

La loi JOLT a été proposée dans le but de profiter de l’augmentation prévue des voyages internationaux et des flux des personnes qui se déplaceront d’un pays à un autre.

 

Les conséquences du JOLT

Les voyageurs des pays signataires du VWP peuvent s’octroyer une autorisation d’entrée au sol américain à travers l’ESTA. La demande se fait directement en ligne et ne prend que quelques minutes.

La loi JOLT ne touchera pas au processus et rien n’indique que les personnes actuellement admissibles rencontreront des difficultés ou ressentiront des changements.

Les conséquences auront essentiellement un impact sur les USA, notamment en matière d’avantage sur le développement économique et la création d’emploi.

En outre, l’application de la loi JOLT mettra à jour les critères d’admissibilité du Visa Wlser Program et l’acceptation de nouveaux pays candidats.

En effet, parmi les critères utilisés pour déterminer si le pays candidat peut être membre du programme est le taux de séjour de voyageurs. La loi s’intéresse à modifier ce point et à inclure de nouveaux pays membre à l’instar de la Pologne, Israël, le Chili, l’Argentine, le Brésil, la Croatie, la Bulgarie, l’Uruguay, Panama et la Roumanie.

Une augmentation des pays membres de 38 à 48 est envisagée ainsi qu’une modification du processus de demande de Visa, réputée comme étant fatigante, laborieuse et coûteuse.

Le JOLT insiste sur une simplification de la procédure pour ne pas freiner les demandes, tant au niveau des voyageurs que de l’administration qui les traites. Une introduction de l’utilisation de vidéoconférence est aussi envisageable afin d’effectuer les entretiens de Visa à distance et faciliter le processus de demande sans se rendre dans l’ambassade.

La présentation de la loi JOLT a aussi soulevé des questions diplomatiques notamment concernant la Pologne et le principe de réciprocité du Visa. En effet, les citoyens américains peuvent entrer la Pologne sans Visa tandis que le gouvernement américain exige un Visa d’entrée aux citoyens polonais.

Ce manque de réciprocité soulignera ce point et accentuera le débat relatif à l’éligibilité de la Pologne.

 

Les avantages du JOLT

Les prévisions relatives aux flux des voyageurs internationaux indiquent une hausse remarquable pour les prochaines années à venir, chose que le gouvernement américain veut en bénéficier grâce à une amélioration de son système de tri des voyageurs.

Les statistiques affirment une accession des arrivées internationales de 34% entre les années 2010 et 2020, ce qui peut présenter un avantage si les USA permettent aux visiteurs légitimes d’entrer leur sol.

En effet, une amélioration du système mis en place permettra de créer des revenus supplémentaires et de dynamiser l’économie par le biais du tourisme ou des voyages d’affaires.

La loi JOLT implique un changement, ou plutôt une mise à jour des critères d’admissibilité, afin de permettre à un grand nombre de voyageurs, qui ne présentent aucun danger à la sécurité nationale, d’accéder au territoire américain.

Le nom de programme d’exemption de Visa sera modifié pour devenir programme de partenariat pour les voyages sécurisés. Le système fonctionnera de la même manière mais avec des conditions d’éligibilité différentes et l’admission de nouveaux pays comme la Pologne, le Chili ou le Brésil.

Ces éventuels nouveaux pays susceptibles de devenir membre doivent participer à un programme pour le respect des normes de sécurité et de délivrance des passeports et coopérer avec les USA et les services de renseignement américains pour maintenir un haut niveau de sécurité dans les aéroports, ce qui constitue des avantages pour les deux parties.

Ces exigences sont mutuellement bénéfiques et permettent de renforcer la sécurité et combattre le terrorisme. Au niveau national, l’application de la loi JOLT contribuera à élargir l’exemption de Visa, et donc d’augmenter les recettes issues de l’exportation du pays.

Les voyages représentent un revenu important pour l’État américain et les visiteurs dépensent en moyenne 4500 dollars par voyage, ce qui constitue un apport supplémentaire. L’élargissement du programme, des pays membres et des visiteurs impliquent donc une création de plus d’un million d’emplois, d’après les estimations.

En termes de sécurité, la loi JOLT ne modifiera pas le principe de présélection et pré approbation des voyageurs. L’objectif et d’augmenter le flux des voyageurs tout en améliorant la sécurité à la frontière et le processus de douanes.

L’usage d’ESTA et le dépôt de demande ne sera donc pas changé lors des entrées aux USA.

La loi JOLT semble offrir des avantages dans son ensemble avec une augmentation du nombre de personnes éligibles dans le monde tout en maintenant le processus relatif à l’ESTA.

Les voyageurs pourront toujours effectuer leur demande en ligne via un formulaire électronique d’autorisation de voyage qui sera joint au passeport en cas d’avis favorable.

L’approbation, ou le rejet de la demande, ne prend que quelques minutes et permettra au voyageur de bénéficier d’une autorisation d’entrée aux USA pour une durée limitée à 90 en tant que touriste ou voyageur d’affaires.