En 2020, le nombre de réfugiés climatique a battu tous les records. Réfugiés politiques, réfugiés de guerre et tous autres mis ensemble ne font pas le nombre de réfugiés climatiques ayant fui la Californie. Qu’ils soient riches, qu’ils soient pauvres, personne n’en était épargné. C’était un véritable sauve qui peut.

 

Jennifer Cashman n’a plus de maison en Californie, une des zones exposées au feu. Sa belle maison ne sera qu’un vieux souvenir pour elle. Elle a décidé très tôt de s’en aller de la Californie dès qu’elle a aperçu les toutes premières flammes de feu. Sa maison en sera réduite un peu plus tard en une plage de cendre. Elle a immédiatement réalisé qu’elle avait tout perdu et qu’elle ne pouvait plus vivre en Californie. Pour rappel, trois ans plus tôt, l’État de Californie avait connu ce terrible phénomène d’incendie où des milliers de maisons étaient réduites en cendre.

 

       Le cauchemar des californiens

Je n’aurais jamais imaginé vivre un tel cauchemar. Quelques fois j’aperçois des californiens se fondre en larmes sans espoir dira Ryan. Comme lui, plusieurs dizaines de milliers de familles quittent la Californie, l’Ouest des USA comme de pauvres réfugiés de guerre pour d’autres Etats considérés comme des migrants internes, climatiques associés aux zones arides non humides des pays pauvres comme ceux d’Afrique et d’Asie du Sud-Est. Cependant, il faut noter que plus du ¾ de ces déplacés ou migrants de feu de brousse trouvent refuge et vivent aux Etats-Unis.

 

Un autre américain qui répond, Stowe nous confiera que toute sa famille suit en ce moment même et actuellement une thérapie afin de pouvoir surmonter et surpasser le traumatisme causé par les feux de brousse. Il ajoutera en substance qu’il y a trois ans la ville de Paradise avait été détruite et rayée de la carte de l’Etat de Californie.

 

Cette victime, mère de famille a dû laisser derrière elle comme beaucoup d’autres centaines de milliers de familles tous leurs biens et patrimoines, devenus subitement migrants climatiques dans leur propre pays, situation causée par des feux de forêt qui dévastent presque chaque année l’Ouest des Etats-Unis notamment la Californie.

 

             Plus loin, Jennifer va ajouter que toute leur maison et leur commerce ont été complètement  réduits en cendre par les incendies. Ces incendies ont causé la mort de plus de 86 personnes et détruit plus de 19.000 bâtiments en moins d’une journée de Novembre 2018. Tout s’est passé très vite de sorte qu’on n’ait pas eu un minimum de temps de sauver quoi que ce soit si ce n’est notre vie explique une femme de 47 années d’âge.

 

C’est plus tard, en Janvier 2019 que l’assurance aidera à s’installer dans une petite ville située à près de 5 000 kilomètres de leur maison calcinée.

 

« A l’arrivée du feu, on était bien conscient qu’on devrait partir de la Californie. On ne pouvait plus y rester pour avoir été évacués et déplacés par plusieurs fois. On était dépassé, on n’en pouvait plus, on devait partir et on est parti » disait dame Cashman faisant allusion à ses enfants traumatisés de 5 et 7 ans.

 

La principale et unique raison de son départ de la Californie n’est rien d’autre que les feux de brousse, les incendies. Les enfants en sont arrivés au point où un simple feu allumé à la cuisine les indispose.

 

Sur la dizaine de gros incendies qu’a connus la Californie, huit se sont déclenchés depuis 2017. C’est en 2020 que le plus dévastateur a fait son passage avec plus de 417.000 hectares brûlés et détruits. Trois fois la superficie de ma grande ville de Los Angeles.

 

Ma Californie connait ainsi un phénomène dévastateur qui avait été analysé et compris comme les conséquences de la montée des eaux du pacifique.

« Puisque les déplacements des populations sont dus aux incendies ou feux de brousse qui eux sont causés par les effets du changement climatique, les déplacements multiples des populations peuvent de ce fait être qualifiés de déplacement ou de migrations climatiques » conclut Rebecca Miller, enseignante chercheuse à l’université de Californie.

 

La répétition sans cesse des feux de brousse en Californie a fini par conscientiser les populations qui, au regard des feux qui se produisent sans cesse avec leur conséquence sur leur localité notamment la ville de Paradise ajoute-t-elle.

 

Selon l’Organisation Non Gouvernementale norvégienne ; Centre de surveillance des déplacements internes, les incendies ou feux de brousse ont occasionné en moyenne le déplacement de plus de 200.000 familles chaque année durant la dernière décennie. Les ¾ de ces déplacés ou de ces migrants se trouvent aux USA notamment en Californie.

 

L’année dernière a battu les records et a occasionné un total de 17.000 km2 selon les statistiques fournies par les sapeurs-pompiers de l’État de Californie et occasionné le déplacement de plus de 600.000 habitants.

 

Jessica Distefano avait l’impression d’éduquer ses enfants dans un camp de réfugiés vu que tout était parti en fumé autour d’eux. Elle a fini par quitter cet État des USA pour s’installer à l’Idaho.

 

       Ma famille en thérapie

Les nouveaux déplacements dus au changement climatique ne vont pas loin. Ils s’installent pour la plupart près de leurs anciennes maisons. Certains par contre, comme des personnes de troisième âge peuvent aller très loin, loin de tout risque de Californie pour une vie plus tranquille et plus douce.

 

Maria Barbosa septuagénaire, ne voulait pas quitter Paradise. Elle vous bien y reconstruire son domicile parce qu’elle adorait cette ville. Elle finira par déchanter et changer vite d’avis et partir parce que tout le monde s’en allait et rester serait prendre un gros risque avec son âge.  Elle choisira finalement de s’installer dans une zone aride de l’Idaho. Maria rassura qu’elle compte retourner de temps en temps à Paradise en Californie mais plus pour y vivre. C’est être sous une menace permanente vivre en Californie.

 

 

Si vous avez décidé de partir en voyage aux USA à partir du 8 Novembre, prenez garde à vous ! Et pensez à réserver dès maintenant votre ESTA Visa