La COVID-19, quelles conséquences sur l’ESTA ?

Avec la pandémie de COVID-19 qui sévit dans le monde depuis 2020, il est devenu difficile de voyager d’un pays à l’autre afin de limiter la propagation du virus. Pour les États-Unis, en particulier, cette crise sanitaire a-t-elle eu des retombées sur la délivrance de l’ESTA ? Faites le point.

En quoi consiste l’ESTA ?

L’ESTA est un document de voyage permettant à ceux qui souhaitent séjourner aux États-Unis d’entrer sur le territoire sans avoir besoin de visa. L’ESTA, ou Electronic System for Travel Authorization, est un document électronique délivré à des ressortissants de certains pays qui bénéficient du Programme d’Exemption de Visa, dont figurent la France, la Belgique ou l’Allemagne.

L’ESTA est un document obligatoire, au même titre qu’un visa ou un passeport afin de circuler librement sur le territoire américain. Elle permet de séjourner pendant 90 jours, tout au plus aux États-Unis pour des raisons de tourisme ou de voyage d’affaires, uniquement.

Qui sont éligibles à l’ESTA ?

Plusieurs conditions doivent être remplies avant de pouvoir envoyer une demande ESTA et espérer qu’elle soit accordée. Premièrement, il faut que le demandeur soit ressortissant d’un pays jouissant d’un Visa Waiver Program (VWP) ou Programme d’Exemption de Visa. Le programme vise une quarantaine de pays, dont la majorité se trouve dans l’Union Européenne.

Deuxièmement, il faut que le demandeur soit titulaire d’un passeport électronique ou à lecture optique. Ce document doit également être en cours de validité pour être recevable. Troisièmement, le séjour aux États-Unis ne doit pas dépasser les 90 jours, et les motifs du voyage doivent être pour voyage d’affaires ou pour le tourisme, uniquement.

Enfin, les personnes bénéficiant d’une double nationalité, et dont l’une est éligible à l’exemption de visa, peuvent postuler pour une demande d’ESTA. Attention, toutefois, la deuxième nationalité ne doit pas provenir d’un pays figurant dans la liste noire des États-Unis, notamment la Syrie, l’Iran, l’Irak, la Somalie ou le Soudan.

Qui ne sont pas éligibles à l’ESTA ?

Il existe des personnes qui ne peuvent effectuer une demande d’ESTA. Tout d’abord, ceux dont la nationalité figure hors de la liste des pays exemptés de visa par les autorités américaines. Ensuite, ceux dont le séjour durera plus de 90 jours et qui voyagent pour des raisons autres que le tourisme et le voyage d’affaires.

Ceux qui ont une double nationalité dont l’une des deux nationalités figure parmi la liste noire des États-Unis ne peuvent pas, non plus émettre une demande d’ESTA USA. Ces nationalités regroupent, entre autres, la Syrie, l’Iran, l’Irak, la Somalie ou le Soudan.

Enfin, tous ceux qui ont voyagé dans les pays figurant dans la liste noire des autorités américaines depuis mars 2011 sont aussi interdits d’ESTA. Cette dernière condition est valable, même si la personne remplit toutes les autres conditions de recevabilité.

Comment faire pour obtenir l’ESTA ?

Après avoir vérifié que le demandeur a rempli toutes les conditions d’éligibilité à la demande d’ESTA, il est temps de passer à l’étape suivante. Pour obtenir l’autorisation de voyage électronique pour les États-Unis, il faut émettre une demande en ligne. Les démarches sont rapides et relativement simples. Voici les principales étapes relatives à la demande.

Choix du site pour effectuer la demande

De nombreux sites proposent la délivrance de l’ESTA. Néanmoins, l’authenticité du document obtenu n’est pas assurée, et ces sites peuvent facturer des frais particulièrement élevés. C’est pour cette raison qu’il est vivement conseillé de s’adresser uniquement aux sites officiels, notamment celui géré par le gouvernement américain. Non seulement les documents sont authentiques, mais les frais appliqués sont justes.

Renseignement des informations nécessaires

Une fois sur le site, un formulaire de demande est à remplir. Le demandeur doit y renseigner différentes informations le concernant, à savoir son nom et prénom, son numéro de passeport, ses coordonnées téléphoniques, son adresse exacte, sa nationalité…

Durant cette étape, il faut faire particulièrement attention à ne faire aucune faute d’orthographe. De plus, il est impératif que les informations contenues dans le formulaire soient identiques à celles qui se trouvent dans le passeport, jusque dans les moindres détails. Dans le cas contraire, la demande serait irrecevable.

Paiement des frais

Si, auparavant, la demande d’ESTA était gratuite, des frais sont, désormais appliqués depuis le mois 2010. Chaque demande n’est valable que pour une personne, et elle engendre des frais s’élevant à 14 $. De ce fait, si un couple français envisage de se rendre aux États-Unis, il faut effectuer 2 demandes d’ESTA et payer 2 fois 14 $, soit 28 $.

C’est au moment de la demande que le demandeur doit payer les frais, que la demande soit acceptée par la suite, ou rejetée. Le paiement se fait uniquement par carte bancaire. De plus, le montant peut être amené à changer, et il faut se renseigner au préalable afin de connaître le tarif.

Envoi de la demande et impression de l’autorisation

L’envoi du formulaire se fait directement par voie électronique. Généralement, le demandeur reçoit un mail ou un SMS de confirmation attestant que la demande a bien été envoyée. Une fois qu’il a reçu une réponse favorable dans les 72 heures, le demandeur doit imprimer le formulaire ESTA avec la mention « Autorisation Accordée » inscrite dessus.

Ce document imprimé devra être soigneusement conservé sur soi durant tout le voyage aux États-Unis. C’est ce document que les autorités frontalières vont vérifier au moment de l’entrée du territoire, et qui pourra également faire l’objet d’une vérification lorsque le titulaire circulera aux États-Unis durant son séjour.

Quels sont les impacts de la COVID-19 sur l’ESTA ?

La pandémie de COVID-19 a entrainé des répercussions négatives sur les voyages à destination des États-Unis. En effet, le pays figure parmi ceux qui déplorent le plus de cas confirmés, avec plus de 34 millions de personnes atteintes. Par contre, les mesures de vaccination sont en de bonnes voies, et les Américains commencent à reprendre peu à peu le cours normal de leur vie.

Les autorités américaines délivrent de nouvelles ESTA à ceux qui en font la demande, malgré la crise sanitaire de COVID-19. La durée de traitement des nouvelles demandes est également toujours la même, soit environ 72 heures.

Des mesures d’interdiction d’entrée aux États-Unis

Bien que les autorités délivrent toujours des ESTA, il existe des mesures d’interdiction pouvant s’appliquer, même aux titulaires des documents de voyage. Cela a été mis en place afin de freiner la propagation du virus et ses différentes variantes.

En effet, les autorités américaines font le tri des personnes souhaitant se rendre sur le sol américain en fonction de leur récent séjour ou transit. Bien qu’ils soient en possession de l’ESTA, les voyageurs ayant séjourné au cours des 14 derniers jours précédant leur voyage aux États-Unis dans plusieurs pays peuvent se voir refuser l’entrée sur le territoire américain. Ces pays sont, notamment les Pays-Bas, la Belgique, l’Autriche, l’Italie, la France, l’Afrique du Sud ou l’Allemagne.

En tout, ce sont plus d’une trentaine de pays qui sont concernés par cette interdiction. Néanmoins, cette mesure est temporaire et peut être levée en fonction de l’évolution de la situation sanitaire dans ces pays.

Exception à cette interdiction d’entrée

Il existe certaines exceptions à cette interdiction d’entrée aux États-Unis. Ces exceptions s’appliquent, notamment aux résidents des USA et ceux qui disposent de la citoyenneté américaine, leurs enfants et leurs conjoints/conjointes.

Les parents et gardiens légaux, ainsi que les sœurs et les frères – non mariés des résidents et citoyens américains âgés de moins de 21 ans, font également l’objet de cette exception. Toutes les personnes susmentionnées peuvent faire une demande d’exception auprès de l’ambassade des USA du pays où ils se trouvent, tout en mentionnant les raisons pour lesquelles elles devraient être couvertes par l’exception.

Des tests PCR systématiques et mise en quarantaine recommandée

Depuis le janvier 2021, toutes les personnes âgées de plus de 2 ans qui ont reçu une autorisation exceptionnelle pour se rendre aux États-Unis doivent obligatoirement se munir d’un résultat négatif d’un test PCR. Ce test doit avoir été réalisé moins de trois jours avant leur départ.

Les personnes qui ont été infectées par le COVID-19 dans les 3 mois précédant leur départ pour les États-Unis peuvent se munir d’un document attestant qu’elles ont été réellement infectées, avec une autorisation à voyager de la part des autorités sanitaires.

En outre, ces personnes sont invitées à observer une quarantaine de 7 jours, au moins, chez elles, puis d’effectuer un test dans les 3 à 5 jours suivant leur arrivée sur le sol américain. Dans les États comme celui de New York, les nouveaux arrivants doivent remplir un questionnaire de santé avant d’embarquer pour leur vol.