Passé 90 jours, votre autorisation de voyage n’est plus valable

Si vous voyagez aux USA avec une autorisation ESTA, il est important que vous sachiez que celle-ci n’est pas limitée à une utilisation unique. En fait, aussi longtemps que votre visa électronique restera valable, il vous permet des entrées multiples aux États-Unis.

 

À condition que chacun de vos séjours respecte la durée de temps autorisé dans le cadre du programme d’exemption de visa.

 

Effectivement, il existe une réelle différence entre la durée de validité de votre ESTA et la durée de séjour approuvé par ce système électronique de voyage. Il est donc important que vous fassiez le distinguo entre ces deux notions, afin de ne pas subir plus tard d’éventuelles conséquences.

 

La durée de séjour autorisé par l’ESTA

Votre E.visa vous permet de passer un séjour temporaire aux USA, d’une durée de 90 jours maximum. Vous ne pouvez y avoir recours que si vous êtes éligible à ce programme mis en place par le gouvernement américain, pour faciliter l’accès à ce pays, à certaines nationalités.

 

Pendant tout ce temps, votre voyage aux États-Unis devra être pour un but touristique, gestion de vos affaires (rencontre avec des partenaires ou des clients, séminaires, conférences, chat d’un bien ou d’une propriété, etc.), visite à un parent ou une amie, ou pour rencontrer un médecin. Le choix de l’ESTA est donc conditionné par la raison du voyage, la durée de séjour et d’autres critères encore.

 

Si vous souhaitez séjourner aux États-Unis pendant plus de 90 jours, pour une raison autre que le tourisme, les affaires ou un suivi médical, vous aurez besoin d’un visa à obtenir auprès de l’ambassade ou du consulat des USA le plus proche de vous.

 

Vous pourrez également utiliser votre ESTA pour un transit sur le sol américain. En effet, si vous vous rendez dans un autre pays de destination et souhaitez faire une escale aux États-Unis, vous devez obtenir une autorisation de voyage. Ceci est valable même si vous ne comptez pas descendre de l’avion ou du bateau qui vous transporte.

 

Quelle est la durée de validité de l’ESTA ?

Les ressortissants des 38 pays membres du programme d’exemption de visa pour les États-Unis d’Amérique ont l’obligation d’obtenir un visa ESTA pour entrer sur le territoire américain.

 

La durée de validité de celle-ci est de 24 mois après la date de délivrance, soit 2 ans. Il ne faut surtout pas confondre la date d’émission de votre autorisation avec la date de début de votre séjour.

 

Si vous vous rendez aux États-Unis et qu’à votre sortie du territoire, votre autorisation est encore valable, vous pourrez à nouveau l’utiliser pour voyager. En réalité, tant que votre permis de voyage reste valide, vous pouvez l’utiliser autant de fois que vous le souhaitez.

 

Par ailleurs, comme vous devez sans doute le savoir, votre ESTA est établi en conformité avec les informations de votre passeport en cours de validité. Les deux documents sont donc liés.

 

Par conséquent, en cas d’expiration de votre passeport biométrique ou à lecture optique, vous devez faire une nouvelle demande d’autorisation électronique de voyage. Il en est de même si vous obtenez une nouvelle identité ou un nouveau statut matrimonial.

 

Une fois les deux années de validité de votre e.visa écoulés, vous devez à nouveau remplir le formulaire ESTA pour pouvoir bénéficier des avantages qu’il vous confère. Notamment : être exempté de visa pour voyager aux États-Unis.

 

Chaque demande d’ESTA est indépendante l’une de l’autre. Vous devez donc à chaque fois répondre aux questions comme si c’était la première fois et régler les frais y relatifs via votre carte de crédit.

 

Aussi, même si votre voyage a été autorisé la première fois, il n’est pas exclu qu’il soit refusé à la prochaine tentative. Vous devez tout de même mettre toutes les chances de votre côté en respectant les règles établies, telles que la durée de temps que vous devez passer sur le sol américain.

 

Dépassement de la durée de séjour autorisé : quelles sont les conséquences ?

Si vous passez plus de temps que permis aux USA, vous vous exposez à de lourdes conséquences. Vous pourrez alors ne plus bénéficier du Programme d’exemption de visa, même si vous êtes un ressortissant de la France, Belgique, Allemagne ou de tout autre pays membre.

 

En effet, lorsque votre séjour aux États-Unis dépasse la durée approuvée, vous êtes jugé coupable « d’abus ». Par conséquent, il ne vous sera plus permis de faire une demande d’autorisation de voyage électronique.

 

Il suffit que vous répondiez « oui » à la question concernant le dépassement lors de votre précédent séjour, et l’autorisation ESTA vous est automatiquement refusée, sans autre forme de procès.

 

Si vous devez absolument retourner aux USA, vous devrez alors effectuer une demande de visa touristique B1 ou un visa d’affaires B2, en fonction du but de votre voyage.

 

En outre, le dépassement de 90 jours sur le territoire américain vous donne le statut d’« immigrant illégal ». Pour cela, il suffirait que vous ajoutiez un seul jour de plus à ceux autorisés. Il faudra alors en subir les conséquences qui ne sont pas forcément immédiates. Il s’agit par exemple d’une expulsion, d’un refus de nouvel ESTA ou même de visa non immigrant.

 

L’ESTA est en réalité une vraie aubaine pour tout voyageur aux USA. Il est donc très important de respecter scrupuleusement les règles si vous souhaitez en profiter encore et encore.

 

La conduite à tenir en cas de prolongation des 90 jours

Une fois que votre séjour s’est prolongé, la chose la plus importante à faire est de sortir du pays le plus rapidement possible. Il serait impossible et même très risqué de chercher à renouveler votre autorisation étant aux États-Unis, afin de poursuivre votre séjour.

 

Vous allez devoir prouver aux autorités américaines que ce dépassement était involontaire et surtout inévitable. Il vaudrait mieux que vous n’ayez dans votre téléphone portable et dans votre ordinateur aucune donnée compromettante.

 

Ces appareils qui dès lors ne seront plus considérés comme votre propriété privée seront fouillés de fond en comble. Il ne faudrait surtout pas que l’on y trouve la moindre information suggérant que vous essayez d’immigrer aux USA de façon illégale.

 

Si votre retard est dû à une raison valable, il serait bien que vous puissiez le prouver. Vous devez donc conserver chaque justificatif et tous les documents nécessaires pour rendre votre histoire crédible.

 

Si vous avez par exemple été hospitalisé en urgence, vous devez avoir un certificat d’hospitalisation. Ou alors avoir un certificat médical démontrant que votre état de santé du moment ne vous permettait pas de voyager à la date à laquelle vous devriez normalement le faire.

 

S’il s’agit d’une raison politique qui ne vous a pas permis de partir à la date prévue, vous devez alors vous rapprocher de la Sécurité intérieure du pays. Dans tous les cas, il est important de signaler aux autorités les raisons de votre départ tardif. Celles-ci sauront alors quelles mesures prendre quant à vos futurs voyages aux États-Unis.