Voyage aux États-Unis : Comment se procurer l’ESTA ?

Il est de notoriété publique que réunir la cagnotte financière pour se procurer un billet d’avion quitte à se rendre aux États-Unis semble moins complexe que d’avoir un visa américain. Face à la recrudescence du terrorisme dans le monde et la prolifération des flux migratoires clandestins, les procédures d’octroi de Visa se sont davantage complexifiées.

 

C’est dans cet univers d’incertitude qui contrarie les passionnés de séjourner au pays de l’Oncle Sam que survient un programme d’exemption de Visa désigné sous le vocable ESTA.

 

L’ESTA entendu Electronic System for Travel Authorization en anglais signifie système électronique d’autorisation de voyage (ESTA). Il s’agit d’un programme automatisé qui détermine l’admissibilité des visiteurs à voyager aux USA sans détenir préalablement un visa.

 

C’est une mesure exceptionnelle consacrant le programme d’exemption de visa entendu Visa Waiver Program (VWP) et est une conséquence des recommandations de l’application de la loi de 2007 sur la Commission du 11 septembre. Le programme d’exemption de visa VWP vise un certain nombre de pays et cible leurs ressortissants en déplacement par voie aérienne ou maritime.

 

Qu’est-ce que c’est que l’ESTA ?

L’autorisation ESTA ne consacre pas systématiquement votre admissibilité sur le sol des États-Unis. Ceci reste une prérogative du Service des douanes et de la Protection des Frontières des USA. L’ESTA fournit simplement des informations biographiques et entérine votre éligibilité au VWP.

 

Depuis fin 2018, certaines dispositions prévoient que les demandes ESTA soient présentées 3 jours avant votre voyage et que les aspirants y postulent tout en l’intégrant dans leur plan de voyage. Ceci peut même être antérieur à l’achat de billets d’avion.

 

En conséquence, tout passager ne disposant pas de l’ESTA aura son enregistrement bloqué. Des mesures d’exception sont accordées quand il s’agit de rentrée par voie terrestre du Canada ou du Mexique ou l’ESTA n’est pas exigée.

 

Aucun enregistrement n’est exigé, juste un formulaire papier à remplir. En novembre 2019, 39 pays ont été pris en compte par le programme d’exemption de visa.

 

Les visiteurs peuvent séjourner pendant 90 jours aux USA, l’ESTA n’est requis que pour les entrées sur le sol américain par avion ou par bateau. Il n’est pas exigé pour les entrées par voie terrestre ou ferroviaire.

 

Un ressortissant des États tels que l’Iran, l’Irak, le Soudan et la Syrie est sous le coup d’une révocation de leur ESTA depuis janvier 2016. Ils ont toutefois la possibilité de demander un visa de touriste régulier dans les représentations diplomatiques et consulaires américaines de leur pays d’origine.

 

Des dérogations sont aussi faites pour les personnes effectuant des déplacements pour le compte d’organisations internationales, ou régionales. Idem pour ceux intervenant dans un cadre purement humanitaire ou des journalistes effectuant des reportages.

 

Procédure de demande de l’ESTA

Courant décembre 2018, l’organisme chargé de la délivrance des ESTA a annoncé que la procédure d’approbations instantanées ESTA ne serait plus de règle. Désormais, il est recommandé aux voyageurs de faire une demande d’autorisation en ligne (72 heures) à l’avance avant de prendre départ pour les États-Unis.

 

Le requérant à la suite reçoit une réponse dans les secondes qui suivent. Vous aurez peu de formalités à remplir. En effet, vous n’aurez plus à obtenir un visa. En premier lieu, il faudra remplir le formulaire.

 

En cas d’échec de la procédure, l’intéressé devra demander un visa à une représentation diplomatique américaine de son pays d’origine. Certes, cette procédure peut sembler trop longue et exigeante nécessitant un enchaînement d’entretiens avec un agent consulaire américain. L’autorisation ESTA est sollicitée dans les cas spécifiques suivants :

 

  • Études/emplois ;
  • Travailler comme journaliste étranger ;
  • Résidence permanente aux États-Unis.

L’autorisation ESTA a une validité allant jusqu’à deux ans à compter de la date d’émission. Si votre passeport expire ou si des données qui y figurent sont modifiées, une nouvelle demande doit être sollicitée. L’obtention d’un nouveau passeport contraint son titulaire à la demande d’une nouvelle autorisation ESTA.

 

Il y va de même si une réponse aux questions d’admissibilité à la demande ESTA change dans le temps. Il est donc obligatoire d’avoir un passeport biométrique valide. Toutefois, veuillez avoir également une pièce d’identité valable telle que la carte nationale d’identité, la carte de résident, etc. Ces documents ou leurs photocopies permettront de valider votre identité.

 

Pour les cas de séjour combiné aux États-Unis et dans les pays environnants l’entrée dans le cadre du programme d’exemption de visa a une validité d’au plus 90 jours. La période d’admission dans ce cas précis ne peut aller au-delà de 90 jours. Si un séjour plus long est prévu, un visa s’avère indispensable.

 

ESTA n’est pas un motif d’accès garanti aux États-Unis. Les fonctionnaires de la douane et chargés de la protection des frontières ont le monopole de la décision finale d’admissibilité (entrée) aux États-Unis. Ils ont le pouvoir de rejeter l’autorisation ESTA voire de la révoquer à tout moment pendant le voyage. Ces hypothèses surviennent surtout en cas de soupçons de fausse information fournie à l’occasion de la demande.

 

Mode de fonctionnement de l’ESTA USA

Le processus nécessite la saisie d’informations personnelles sur le demandeur dans le formulaire disponible en ligne, de soumettre le paiement. Les résultats sont disponibles quelques minutes après.

 

  • Les informations requises concernent essentiellement :
  • Les références sur le voyageur telles que son adresse et son numéro de téléphone ;
  • Les Informations du passeport en cours de validité de l’intéressé ;
  • Une adresse e-mail valide ;
  • Une carte de crédit ou de débit disponible et valide pour le paiement.

Le formulaire une fois rempli et le paiement effectué, des agents examineront les informations et relèveront les éventuelles erreurs. Après avoir étudié les données de la demande, si cette dernière est approuvée, un mail de confirmation accompagné d’une pièce jointe PDF du document d’acceptation vous est envoyé. Tout se fait en un laps de temps.

 

Les États qui bénéficient de ce programme d’exemption de visa sont pour la plupart ressortissants de l’Union européenne et qui peuvent bénéficier du visa Schengen.

 

Il s’agit de : Royaume-Uni, Taïwan, Suisse, Suède, Espagne, Corée du Sud, Slovénie, Slovaquie, Singapour, Saint-Marin, République de Malte, Portugal, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Monaco, Luxembourg, Lituanie, Liechtenstein, Lettonie, Japon, Italie, Irlande, Islande, Grèce, Allemagne, Hongrie, France, Finlande, Estonie, Danemark, République tchèque, Chili, Brunei, Belgique, Autriche, Australie et Andorre.

 

Les personnes pouvant participer à L’ESTA doivent avoir la nationalité de ces différents pays.

Certains demandeurs d’ESTA émettent des appréhensions en ce qui concerne la confidentialité et la protection des données et informations personnelles fournies à l’occasion. À cela, il convient de préciser que le site qui comporte cette base de données est hébergé sur un serveur sécurisé et est surveillé en permanence.

 

Les Hypothèses pouvant justifier un refus/rejet de demande de l’ESTA

  • Avoir communiqué un passeport qui a été déclaré perdu ou volé ;
  • En cas de dépassement de la durée de validité autorisée aux États-Unis à l’occasion d’une précédente visite ;
  • En cas de refus de demande de visa pour un séjour précédent ;
  • Participation à une activité controversée et illégale à l’occasion d’un précédent séjour ;
  • Un précédent refus d’entrée aux États-Unis ;
  • En cas de Suspicion d’immigration.

En tout état de cause, l’organisme entre en contact avec le demandeur pour corriger les irrégularités s’il y a lieu.

 

En somme, cette disposition apparait comme une mesure qui promeut la libre circulation des personnes entre les États et l’intégration communautaire. Les frontières ne doivent plus être perçues telles des barrières tangibles.